Petite Terre

En Guadeloupe, s'il y a bien une destination pour une excursion idyllique sous les cocotiers avec une superbe vue sur un lagon, c'est bien Petite Terre. Il s'agit d'un archipel de micro-coraux situé entre Désirade et Les Saintes. Celui-ci est composé de deux îles, à savoir, Terre de Bas et Terre de Haut. Ces bouts de terre paradisiaques sont classés comme une réserve naturelle protégée. Ils enchantent les touristes qui souhaitent découvrir la faune marine et terrestre, mais aussi la flore des Caraïbes. Les vacanciers qui s'y rendent trouvent sans doute d'endroits tranquilles et paisibles pour passer un moment de détente et de loisirs inoubliable en famille ou entre amis.

Petite Terre et son histoire

Ce minuscule archipel, localisé à une dizaine de kilomètre de la Pointe des Châteaux, est formé de deux îlots non-habités. Le plus grand est connu sous le nom de Terre de Bas avec une superficie d'environ 1,5 km². Celui-ci abrite l'ancien phare communément appelé « le phare au bout du monde » qui a été actuellement transformé en musée d'histoire naturelle afin de mettre en avant la biodiversité locale. Administrativement parlant, les îlots de Petite Terre font partie de la paroisse de la Désirade.

Ce sont les Arawaks et les Indiens caraïbes qui occupaient le territoire entre 600 et 1500, premières traces de vie habitée sur les lieux selon les trouvailles. Les peuplades que Christophe Colomb a rencontrées lors de son arrivée en 1493 sont des chasseurs et des pêcheurs. Ce n'est que vers la fin du 18e siècle, avec la colonisation européenne, que débute l'activité agricole. La culture de coton, d'ignames, de giraumon, de pois et de patates douces semble bien organisée. Le développement du commerce maritime et la pêche a requis la signalisation des terres et un certain balisage, d'où la création du phare en 1840. En 1998, le petit archipel change de statut et devient une réserve naturelle marine et terrestre. L'équilibre fragile dans ce coin de paradis est géré dorénavant par l'Office National des Forêts.

Les animaux de Petite Terre

La faune terrestre

L'iguane est une espèce protégée omniprésente à Petite Terre. L'archipel en compte plus de 10 000 individus, soit le tiers de la population mondiale d'iguane antillais. Cette espèce inoffensive et végétarienne mange des fleurs, des fruits et notamment des feuilles de bois noir, de bois de couleuvre, de poirier pays, voire de mancenillier, un arbre toxique. Elle peut atteindre près d'1,60 m pour un poids de 3 kg. Il vous est possible d'y rencontrer des iguanes femelles ou jeunes de couleur verte. Mis à part cela, le Bernard-l'ermite ou souda est à découvrir sur l'archipel. Cette espèce peut également atteindre des dimensions impressionnantes.

Les autres espèces de reptiles que vous pouvez rencontrer sur l'île sont l'anolis et le scinque. Le premier existe rarement en Guadeloupe, mais très présent à Petite Terre. Ce spécimen est arboricole et mange principalement des insectes. Concernant le scinque, celui-ci est un peu difficile à apercevoir du fait qu'il se cache souvent dans des cavités rocheuses et s'enfouit rapidement avec ses petites pattes. Il est reconnaissable par sa couleur bronze avec des lignes claires foncées.

La faune maritime

En vous aventurant sur le lagon de Petite Terre, vous croiserez des poissons tropicaux comme le chirurgien noir, le poisson Trompette, le colas, le cardinal queue-fine, le poisson Ange, le coffre mouton, la sorbe et le perroquet feu tricolore. Diverses espèces de raies et de petits requins inoffensifs sont également à découvrir, bien entendu à condition de ne pas essayer de les attraper. Parmi les crustacés, vous pouvez observer notamment des oursins, des crabes et des langoustes royales. Il faut faire attention aux antennes des langoustes qui dépassent les cavités rocheuses. Aux abords des herbiers de Terre de bas et sur la côte sud de Terre de haut, vous ne manquerez pas d'apercevoir d'impressionnants mammifères comme les grands dauphins, mais aussi des tortues imbriquées et des tortues vertes.

Les espèces aviaires

Vous croiserez un grand nombre d'oiseaux sédentaires à Petite Terre. Il y a surtout le sucrier à ventre jaune qui existe partout dans le continent sud-américain. Cet oiseau nectarivore n'hésite pas à picoter vos casseroles ou de finir le reste de votre repas. Vous pouvez admirer en bord de mer des huîtriers d'Amérique qui se nourrissent essentiellement de mollusques avec un long bec robuste leur permettant facilement d'ouvrir des coquillages. En outre, la paruline jaune est aussi inscrite sur la liste régionale des espèces protégées en Guadeloupe. Elle se réfugie autour des zones humides et mange des insectes, des araignées et des baies de chenilles. Entre autres oiseaux migrateurs, les coulicous à bec jaune et d'autres goglus sont visibles de septembre à novembre et d'avril à mai. En bordure de lagon, des tournepierres errent fréquemment pour chercher de petits poissons et des crustacés.

Comment s'y rendre ?

Près d'une vingtaine de compagnies proposent leurs services pour vous emmener à Petite Terre au départ de Pointe-à-Pitre, et surtout de Saint-François. Les prestations sont presque identiques, mais c'est à vous de choisir.

Afin de vous déplacer sans contrainte en Guadeloupe, il est conseillé d'opter pour une voiture de location si le budget le permet.