Grand-Popo

Grand-Popo est une petite ville paradisiaque sous les cocotiers, située dans le sud-ouest du Bénin. Elle a surtout gagné sa notoriété grâce à ses plages de sable, sa proximité d'endroit d'un cours d'eau, son patrimoine architectural colonial et aussi à ses cérémonies de culte vaudou. Ce merveilleuxîlot est donc une destination de choix pour les amateurs de sortie en voile ainsi que pour les passionnés d'un milieu exotique.

HISTOIRE

Située aux environs de la frontière togolaise, Grand-Popo est une commune appartenant au département du Mono. Quand on parle du Grand-Popo, on a viscéralement tendance à parler également du département auquel il appartient. En effet, Mono est généralement peuplé d'habitants de différentes ethnies : Adja, Fon, Xwla, mina, Sahouè, kotafon, ayizo, etc.

Cependant, l'origine du mot "Grand-Popo" laisse perplexe même aux natifs de ce magnifique îlot. L'hypothèse la moins utopique est, que le mot Popo fut autrefois un terme employé par les premiers navigateurs à l'étonnement des indigènes [KPO-KPO] qui signifie "regarde-regarde". Un mot qui attirait l'attention des explorateurs et en même temps leur permettait de distinguer le pays sur la carte. Aussi appelé le village de la pêche, Grand-Popo fut autrefois un comptoir portugais pour la traite négrière. Naturellement placée entre la mer du golfe de Guinée et le fleuve de Mono, la bourgade fut considérée à l'époque, comme une baie sécurisée pour le trafic négrier. Néanmoins, elle est restée à l'image d'une petite ville calme et prospère. Grand- Popo connaissait tout de même un succès de développement durant l'époque coloniale grâce à l'effort de l'administrateur Dreyfus dès 1901.

GRAND-POPO AUJOURD'HUI

Actuellement, grâce à sa magnifique plage de sable fin, la ville de Grand-Popo est devenue une destination favorite du calendrier des touristes. C'est aussi un lieu de détente important pour les habitants des grandes villes comme Lomé et Cotonou. En effet, la ville est arborée de cocotiers et de palmiers qui la rendent impérativement exotique. Vous pouvez aussi trouver dans la cité, des végétations d'espèces marines telles que : les graminées, les palétuviers, les joncacées, etc. Concernant les espèces animales, la petite bourgade regorge des rongeurs, des serpents caractéristiques des zones humides et des oiseaux. Sans oublier qu'il est surtout connu pour ses espèces halieutiques d'origine marine dont les tortues de mer en font partie. À part les aspects naturels de la cité, il y a aussi quelques endroits agréables à visiter tels que : la presqu'île d'Avlo, les temples vaudou sur les rives de Mono, la villa Karo et le fleuve la Bouche du Roy.

Dans la région du Grand-Popo, vous trouverez la presqu'île d'Avlo située à environ 5 km entre le golfe de l'atlantique et le fleuve Mono. Le paysage vous laisse sans mot grâce à son décor époustouflant de cocotiers plantés en bord de plage. Sur le lieu, une passerelle en bois a été bâtie jusqu'à une île proche, afin que les occupants de l'ilot puissent aller puiser de l'eau douce. Pendant votre petite escapade, vous pouvez également profiter d'une partie de pêche à l'épervier ou grappiller des crustacés aux pinces bleues.

Après une évasion à Avlo, direction tout de suite à la Bouche du Roy. C'est un long fleuve presque interminable en confluence avec l'océan Atlantique. Un coin fluvial assez calme, la Bouche du Roy est un endroit idéal pour une partie de baignade. Pendant que vous y êtes, ce serait aussi l'occasion de faire un petit tour à Gbêkon et découvrir les activités des indigènes.

Outre les magnifiques lieux environnants, les visiteurs ont souvent tendance à visiter les temples vaudou. En effet, Grand-Popo est une agglomération adepte de la religion vaudou. Sur la longue rive du fleuve Mono, vous pouvez y constater de nombreux édifices religieux. Les habitants célèbrent tous les ans une fête de vaudou chaque 10 janvier. Sur le site, la carapace d'une tortue et les cheveux sont devenus des objets fétiches.

Pour bien clôturer votre séjour à Grand-Popo, partez à la découverte de la villa Karo. C'est un établissement spécialisé à la culture finno-africaine. La maison a ouvert ses portes aux grands publics en 2000 et ne cesse d'offrir des services culturels gratuits aux citoyens de la ville. Il agit également vers les communautés des pêcheurs et aide les écoles.

CLIMAT

Le climat de la ville de Grand-Popo est considéré comme subéquatorial à quatre-saisons. On peut caractériser une forte saison sèche (mi-novembre à mi-mars) et une faible saison sèche (mi-juillet à mi-septembre). Toutefois, il y a aussi la forte saison de pluie (mi-mars à mi-juillet) puis la faible saison de pluie (mi-septembre à mi-novembre). Les meilleurs moments pour y voyager compris entre juillet et août, ou bien entre novembre et janvier.

COMMENT S'Y RENDRE ?

Pour aller à Grand-Popo, l'idéal pour un voyageur venant d'autre pays, est de prendre un vol pour destination Lomé ou Cotonou. Ces deux grandes villes africaines disposent chacune d'un aéroport international. Une fois arrivéeà la destination (Lomé ou Cotonou), le touriste peut emprunter la route de Togo ville ou d'Ouidah pour atteindre la ville de Grand-Popo.

COMMENT Y CIRCULER ?

En tant qu'île, la ville de Grand-Popo utilise fréquemment le bus et le taxi comme moyen de transport. Cependant, le déplacement en pirogue avec ou sans moteur est possible pour traverser le fleuve de Mono. Par contre, la ville peut mettre à la disposition des voyageurs voulant s'aventurer avec tranquillité, des véhicules personnels à un prix raisonnable.

QUE FAIRE A GRAND-POPO ?

  • Faire une petite escapade sur la presqu'île d'Avlo en passant par Gbêkon
  • Explorer les temples vaudou situés sur la rive du fleuve Mono et découvrir ses objets fétiches
  • Parcourir la Bouche du Roy tout en découvrant les espèces marines du lieu
  • Visiter la villa Karo, un centre culturel finno-africain installé surl'île depuis 2000