Gyantse

Gyantse est l’une des grandes villes de la province autonome du Tibet, dans la préfecture du Shigatse. Plus précisément sur la route de Lhassa à Katmandou, à 254 km de Lhassa et à 90 km de Shigatse. C’est aussi une ville qui se trouve dans la vallée de Nyang Chu, un point stratégique du commerce tibétain, reliant les vallées de Chumbi, Yatung, et Sikkim.

C’est un des lieux où la culture tibétaine est restée la plus intacte, loin de l’influence chinoise.

Histoire

Vers 1365, un dzong fut édifié autour de Gyantse afin de la protéger contre les envahisseurs indiens et népalais. La ville vit sa déchéance vers la fin du XVème siècle, mais resta un centre de commerce entre l’Inde et le Tibet.

Puis elle fut attaquée par les armées britanniques en 1904 et on la surnomma la « ville héroïque », après que 500 soldats tibétains surent y tenir tête face à l’armée britannique durant des jours. Après sa chute, un décret fut signé et Gyantse devint l’un des trois sièges de l’armée britannique au Tibet.

En 1923, une école anglaise fut établie par le 13ème Dalaï-lama mais elle ferma ses portes en 1926 à cause des soulèvements religieux.

Gyantse fut aussi victime d’une grande inondation en 1954.

En 1959, de nombreux moines et laïcs furent emprisonnés dans le monastère tandis que les locaux se mirent à fuir la ville après le soulèvement tibétain, et, durant la révolution culturelle, le monastère de Kumbum fut pillé et plusieurs trésors nationaux furent détruits ou envoyés dans l’est du pays.

Aujourd’hui

Autrefois une des trois plus grandes villes du Tibet, réputée pour sa production de bois, de laine et de tapis, Gyantse est aujourd’hui devenu une ville rurale et authentique, qui a su figer la culture tibétaine dans le temps. Il n’est pas rare de voir des Yaks vaquant à leurs occupations au centre de la ville.

Une nouvelle route construite en 1991 mène aux quartiers modernes, et a permis de conserver l’ancienne ville de Gyantse loin de l’influence chinoise.

Gyantse possède aussi des points d’intérêt importants:

le Dzong de Gyantse, perché sur une colline qui domine la ville, offre, en plus de son intérêt historique et architectural, une vue imprenable sur la région.

On trouve aussi le monastère de Pelkor Chode, qui abrite le plus grand stupa du Tibet.

Climat

En général, le climat dans l’ensemble des villes du Tibet est rude. Il n’y a pas d’exception pour celui de Gyantse. Toutefois, la meilleure période pour s’y rendre est entre le mois d’avril et octobre, mois pendant lesquels les températures sont les plus douces, aux alentours de 15°C.

Comment s’y rendre ?

Si vous partez du Népal, vous pouvez prendre un vol depuis Katmandou vers Lhassa et rejoindre la ville de Shigatse, de là, vous prendrez un bus entre les deux villes. Des lignes de bus desservent régulièrement les villes de Gyantse, Lhassa et Shigatse.

Comment circuler ?

La visite de la ville peut se faire à pied, sinon, vous pouvez aussi louer un vélo ou faire une balade en charrette que certains tibétains vous proposeront.

Que faire à Gyantse ?

  • Visiter le Dzong de Gyantseet profiter de la vue imprenable sur la ville et ses environs.
  • Partir à la découverte de la ville et de la culture tibétaine en explorant la ville.
  • Admirer le Pelkor Chode Kumbum et ses magnifiques fresques anciennes, ainsi que le musée où l’on peut retrouver l’histoire de la guerre entre les tibétains et les britanniques.