Parc National de Tsimanampetsotsa

Le parc national de Tsimanampetsotsa s’étend sur environ 230 740 ha. Il est constitué d’une forêt épineuse sur le plateau calcaire de Mahafaly, d’un lac salé portant le nom de Tsimanampetsotsa et de plusieurs grottes et avens.
Tsimanampetsotsa, le lac figure parmi les premières Aires Protégées à Madagascar. Jugé une zone humide d’importance internationale, parmi les sites de migration des flamants roses et autres oiseaux aquatiques sur l’Ile, il a été classé site RAMSAR en 1998.
### Découverte du parc Le Lac Tsimanampetsotsa : cet unique lac salé de Madagascar est le 5ème plus grand lac de la Grande Ile : environ 15km de long sur 2,5km de large et 2 m de profondeur. Sa superficie varie selon les périodes de l’année entre 1 600 et 2 900 ha.
Ce lac est aussi impressionnant par sa couleur qui se change 3 fois en une journée: de blanc à cause de la concentration en sulfate de chaux et de l’argile blanc à vert topaze en passant par le bleu turquoise. Par cette caractéristique, aucun poisson n’y survit d’où son nom Tsimanampetsotsa traduit littéralement « sans dauphin ».
Ses rives sont animées par de nombreuses espèces d’oiseaux, endémiques pour la plupart d’entre eux dont le Coua de Verreaux, la Newtonia de Archbold, le Pluvier de Madagascar et la Vanga de Lafresnaye et pendant la saison sèche, entre le mois d’avril au mois de novembre, des groupes de flamants roses et de flamants nains y nichent.
Le parc est également le refuge de quatre espèces de lémuriens dont le fameux Lemur Catta, Propithecus verreauxii, de 39 espèces de reptiles parmi eux les tortues radiées ou Geochelone radiata, une espèce endémique de la région Sud, menacée d’extinction, 112 espèces d’oiseaux ainsi que la mangouste de Grandidier ou Galidictis grandidieri, cette espèce de mammifère est endémique du parc.
En outre, il existe trois grottes immergentes dans ce parc abritant des poissons cavernicoles aveugles, les Typhleotis madagscariensis. Elles sont issues des effondrements de calcaires, permettant la formation d’un réseau d’eau souterrain. En octobre 2014, des paléontologues ont découvert lors d’une expédition scientifique le plus grand gisement de fossiles jamais découvert dans une de ces grottes immergées.


Pour la flore, elle est caractérisée par une forêt dense xérophile sur le plateau calcaire, endémique locale peuplée de baobabs et de pachypodiums entre autre.
### Climat Sub-aride, le parc compte entre 7 à 9 mois de saison sèche, avec un taux de précipitation très faible durant toute l’année environ 300 mm. La température annuelle moyenne est de 23°C.