4 destinations, 4 façons de célébrer de Noël

05 nov. 2019

A l’occasion des fêtes de fin d’année, on vous embarque aux quatre coins du globe pour vivre la magie de Noël. Décorations, animations, rituels, spécialités culinaires, coutumes et traditions de Noël… Du Japon en Sicile en passant par la Géorgie jusqu’au Brésil, découvrez comment les populations célèbrent cette fête d’origine romaine. Embarquez pour ces 4 destinations où l’on célèbre Noël de manière parfois inattendue…

1. Comment célèbre-t-on Noël au Japon ?

   

Parce que le Japon ne compte que très peu de Chrétiens, Noël n’y est pas célébré de manière religieuse et traditionnelle. Le Noël japonais est plutôt une fête commerciale moderne puisqu’elle n’a été importée que depuis le XXème siècle. Ainsi, le 24 et le 25 décembre, tout le monde est au travail ou à l’école au Pays du soleil levant. Pour autant, les japonais s’amusent à célébrer le Père-Noël d’influence américaine : Santa-Claus (ou Saint-Nicolas) !

Pour les japonais, le réveillon de Noël n’est pas une réunion de famille comme nous pouvons le concevoir. La soirée du Nouvel An étant réservée à cela, Noël est davantage une soirée réservée aux amoureux. En effet, tous les couples se retrouvent pour le diner, s’échangent des cadeaux et se  déclarent leur flamme. Pour les parents, Noël est aussi l’occasion d’offrir quelques cadeaux aux enfants. Pour les célibataires, Noël se fête entre amis au restaurant ou même au karaoké !

Quant au repas de Noël, il est coutume d’aller au KFC pour déguster du poulet rôti ! Oui, vous avez bien lu, les japonais en ont fait leur tradition depuis les années 70 lorsque les expatriés occidentaux réclamaient de la dinde ou du poulet pour Noël. Depuis, la chaîne de fast food multiplie parfois ses ventes par 5 à 10 durant les fêtes !

2. Comment célèbre-t-on Noël en Sicile ?

   

Noël est une célébration très attendue des siciliens. Les festivités démarrent le 8 décembre lors de la Festa del l'Immacolata, le jour de l’Immaculée Conception. C’est à partir de ce moment que les habitants décorent leur maison. Si le sapin n’est devenu un incontournable que récemment, la crèche de Noël elle, est une tradition bien ancrée en Sicile. Devenue un symbole, la crèche de Noël se décline sous toutes les formes : en céramique, en plexiglas, en coton et même en pastiglia !

Au-delà des habitations, la magie de Noël fait également échos dans les rues siciliennes. Crèches avec personnages automates ou crèches vivantes, spectacles et marchés de Noël, églises incroyablement décorées… On ne sait plus où donner de la tête ! Mais avant de célébrer le jour de Noël, les siciliens fêtent la Santa Lucia, le 13 décembre. Originaire de Syracuse, elle y est honorée lors d’une grande procession que les fidèles ne manqueraient pour rien au monde ! 

Le soir de Noël, il est coutume de se réunir avec toute la famille autour d’un banquet gigantesque. Il n’y a pas de spécialité culinaire typique de Noël en Sicile, tout dépend des régions. Mais une chose est sûre, on dit que le repas de Noël sicilien est un moment de partage qui ne se termine jamais tant la soirée est animée et gourmande ! Les festivités se terminent lors de l’Epiphanie, le 6 janvier. Les enfants y attendent l’arrivée de Befana, une sorcière qui viendrait distribuer bonbons et confiseries à tous les enfants qui ont été sages et du charbon aux autres…

 

3. Comment célèbre-t-on Noël en Géorgie ?

   

Il n’y a pas de date officielle pour Noël en Géorgie. En effet, les festivités durent presqu’un mois dans le pays. Certains célèbrent Noël et Nouvel an en même temps que le 1er janvier selon le calendrier grégorien des catholiques et d’autres célèbrent Noël le 7 janvier comme le veut le calendrier julien des orthodoxes. C’est pourquoi les coutumes et traditions varient d’une famille à une autre.

Dans tous les cas, les géorgiens ont leur propre sapin de Noël : le chichilaki. Celui-ci est conçu à partir de branches  de noyer séchées puis épluchées et assemblées de manière à prendre la forme de conifère. Les branches ouvertes devenues blanches sont alors apparentées par les géorgiens comme étant la barbe de Sainte-Basile. Depuis que le sapin de Noël n’est plus banni par un gouvernement communiste, il est même devenu l’emblème de l’identité nationale du pays !

Pour ce qui est du repas de Noël, les géorgiens préparent un buffet composé d’une multitude d’entrées, plats et desserts. On retrouve toujours le traditionnel Satzini (du poulet ou de la dinde dans une sauce aux noix et à l’ail) et le gozinaki (nougat de noix caramélisées au miel) en dessert. Le miel et les noix étant traditionnellement des aliments sacrés !

4. Comment célèbre-t-on Noël au Brésil ?

   

Les fêtes de Noël au Brésil ressemblent à celles des chrétiens occidentaux. C’est l’occasion de partager un repas copieux en famille et pour les fidèles, d’aller à la messe de minuit. A table, on retrouve forcément la traditionnelle dinde de Noël que les brésiliens aiment accompagner de farofa temperada, (une semoule de manioc frite). Mais il n’est pas rare d’avoir une multitude de plats (beignets, salades, soupes…) et de desserts comme le fameux panettone importé des italiens !

Côté animations, le Brésil compte quelques spectacles de Noël (même s’ils se veulent de moins en moins nombreux) comme des crèches vivantes et représentations théâtrales devant les églises. Il y a aussi le rituel des Pastorinhas, des fidèles déguisés rendant hommage à l’enfant Jésus dans une ambiance des plus joviales.

Si les fêtes de Noël sont essentiellement familiales au Brésil, les habitants ont tout de même une petite tradition pour célébrer amitiés et relations professionnelles. Il s’agit de l’amigo secreto (l’ami secret) ! C’est un tirage au sort à faire entre amis et/ou entre collègues au bureau. Une fois les noms tirés, les participants doivent les faire deviner aux autres et lorsque le principal intéressé s’est reconnu, il pourra recevoir un cadeau de celui qui a pioché son nom. Voilà un moyen amusant et économique de faire plaisir à tout le monde !

Florine Dergelet